Peut-on parler sexe (et pratiquer) dans les pires situations ?

26 mars 2020 / By Claire

Dans cette période particulière, pleine d’incertitudes, remplie d’inquiétudes, totalement folle, où pour la première fois de cette génération, l’Homme est confronté à une crise susceptible de mettre en péril son existence, peut-on parler et pratiquer le sexe ?

N’est-ce pas un sujet qui parait trop léger face à des familles endeuillées, face à un nombre de morts en croissance jour après jour, face à une crise qui va tous nous ébranler ?

Le sexe fait-il partie des besoins primaires ?

Clairement, un débat a vu le jour entre amies. « C’est le moment », « Non, c’est pas du TOUT le moment ». Le sexe fait-il partie de ces besoins primaires comme boire, manger, dormir ? Faut-il arrêter d’en parler dans son couple ou entre copines ? Faudrait-il pour respecter toute cette période difficile arrêter de « ne penser qu’à ça » ?

Le psychologue Abraham Maslow créé en 1943 un modèle très souvent utilisé intitulé « la pyramide des besoins ». Il classe nos différents besoins en 5 catégories. L’idée est de démontrer qu’il faut combler certains besoins avant de se soucier des suivants et ainsi de suite. Il y a donc une hiérarchie entre ces divers besoins.

Et si nous rattachions et adaptions cette pyramide et ce concept à la crise du Coronavirus face à la sexualité ?

Niveau 1   : Les besoins de base sont les besoins physiologiques et biologiques sans lesquels il n’y a pas de vie

Quels sont les besoins que vous ressentez dans votre corps ? Dormir, manger, boire sont essentiels à la vie : 3 jours sans boire et vous mourez, le record sans sommeil est de 264 heures… On finit par succomber !

Maslow considère que les besoins physiologiques sont les plus importants et que sans eux, on ne peut fonctionner.

« Les besoins sans lesquels il n’y a pas de vie ». A relire cette phrase, le sexe préexiste l’homme donc il fait partie des besoins primaires ! Heu… Sérieux ? Le besoin de reproduction est le source d’énergie du corps la plus puissante, à tel point que la religion a souhaité la mettre sous cloche. Certes, procréer est un besoin primaire mais quid quand on parle de plaisir et de désir ? N’est-ce pas à classer ailleurs dans cette pyramide ?

Niveau 2   : Les besoins de sécurité 

Nous avons besoin de stabilité. Il s’agit dans cet étage de la pyramide de nous sentir en sécurité et les réponses sont diverses :

  • Se sentir en sécurité dans les relations amicales, suffisamment pour se confier par exemple
  • Se sentir en sécurité dans son couple, suffisamment pour s’ouvrir à de nouvelles expériences, à donner et recevoir de l’amour, à accepter la différence

Plus nous nous sentirons en sécurité et plus nous dompterons nos peurs (ou les mettrons sur le tapis – réflexion pour plus tard)

La société donne un cadre énorme face à ces besoins de sécurité : la loi protège (à priori) les plus faibles, les structures de nos villes sont fiables dans leurs réseaux, infrastructures etc.

La crise que nous traversons avec la pandémie du Coronavirus impacte directement les besoins de sécurité, voire touchent les besoins biologiques (la peur du manque a engendré des pillages, des bagarres, des caddies disproportionnés…).

Concernant le domaine de la sexualité, le couple doit donner ce sentiment de sécurité sans lequel on ne peut évoluer en confiance et sans évolution… n’est-ce pas la fin du couple ? Il s’agit alors de répondre à la question : Comment je me sens dans mon couple ? En sécurité ? Sur un siège éjectable ? En concurrence ? Analyse ce que tu as pour te sentir en sécurité et ce qui te manque et profite, peut-être de ce confinement, pour aborder le sujet avec ta moitié !

Niveau 3   : Les besoins d’estime 

Une fois que vos besoins biologiques sont OK, que vos besoins de sécurité sont OK, alors, seulement, à ce moment là arrive le besoin d’estime de soi. L’estime de soi est, pour faire court (très court), se sentir aimé pour qui on est, respecté, reconnu, digne… On ressent que nous avons un statut spécifique aux yeux des autres (et donc à ses yeux).

N’est-ce pas un sujet qui conditionne pile poile votre vie amoureuse et sexuelle ? Sans estime comment avoir confiance en soi ? Comment oser faire de nouvelles choses ?

Etre un bon coup aux yeux de sa moitié ne va-t-il pas directement impacter votre estime de vous ? Et si votre chéri vous listait tout ce qu’il aime, tout ce qu’il fait qu’il vous préfère vous et vous choisit vous ?

A l’inverse, l’estime de soi se travaille par l’action que nous allons décider de mener. Rester sur place n’amène que des doutes, bouger vous donner des réponses, vous gagnez en expérience et donc forcément … En pratiquant, je m’améliore. Généralement, cela fonctionne (j’ai d’un coup pensé à ma cuisine, et donc j’ai eu un doute, d’où le généralement !)

Et si je vous disais que je suis encore draguée sur Tinder, Messenger et compagnie, n’est-ce pas ce besoin qui est concerné ?

Niveau 4   : Les besoins d’appartenance 

L’Homme est un animal sociable. Il doit avoir des relations personnelles et professionnelles satisfaisantes. Même si tu connais ou tu es une louve solidaire, tu ne pourrais être tout le temps seule ET te sentir accomplie (telle que le présente Maslow).

L’importance est alors de trouver le bon groupe ! Pour nos parents, nous n’avons jamais le bon n’est-ce pas ! Nous avions toujours des mauvaises influences étant enfant ou ado… Ne me dis pas que ce n’est que moi qui ai vécu cela ?!

Un groupe qui nous apprécie, nous renvoie une bonne image de nous même avec qui nous allons jusqu’à développer une identité propre dans ce groupe et à créer des signes d’appartenance consciemment ou inconsciemment.

Niveau 5   : Les besoins d’accomplissement

Nous voici au somment de la pyramide, au stade ultime ! Celui  de la réalisation de notre potentiel personnel ! Nous souhaitons nous réaliser. 

« Ce qu’un homme peut être doit être » Abraham Maslow,

A ce stade, l’opinion des autres est moindre que le désir de s’accomplir. Plaisir et désir sont sans aucun doute à positionner en haut de cette pyramide ! Cette étincelle qui vous pousse à être vous ! Cette petite voix ou cet instinct qui vous indique le chemin, celui que nous décidons de suivre, celui que nous avons décidé de suivre pour être des femmes qui kiff leur vie et être au lit avec leur moitié ! Parce que la vie n’est pas un long fleuve tranquille mais que nous avons choisi de l’honorer et de respecter notre nature de femme et d’être sexué !

 

Toutefois, dans cette pyramide des besoins, rien est acquis !  On peut « dégringoler », on peut être impacté comme cette crise du Coronavirus… D’où l’importance de se connaitre et de répondre à ses besoins. C’est l’objectif de l’accompagne de Je m’éclate au lit : faire que les femmes développent leur potentiel sexuel.

L’amour et le sexe sont présent à chaque étape de cette pyramide des besoins. 

Alors, j’ose répondre à la question de l’article si le sexe doit être banni de nos discussions et de nos pratiques : que reste-t-il à l’Homme en période de crise ? Libérons les endorphines de l’orgasme, faisons battre nos coeurs, célébrons la vie… Et elle commence au lit !

Sur ce, très bon orgasme à toi !

Exister vraiment, c’est s’autoriser à être soi-même en toute circonstance.

Laurence Maron
About The Author

Claire

Femme libre qui essaye de vivre selon ses principes parce que c'est tellement mieux d'être soi ! Cheffe d'entreprises, maman accomplie, sportive à ses heures et qui aime vibrer au lit et dans la vie !

Blog Comments

[…] et l’Homme a besoin de stabilité et de sécurité (lire notre article sur le sujet ici). Attention toutefois, stabilité et sécurité ne veut pas dire pantouflard […]

Leave a Comment

*Please complete all fields correctly